Né en 1949 à l’Hôpital (57)
« Longues et fragiles, tout à la fois solennelles et drôles, griffées comme s’il avait fallu les arracher à la force de la terre, les statues de Wohlfahrt nous touchent par leur humanité. Elles sont là, présentes, surgissant du sol dans un mouvement ascendant, se dressant parfois droites et fières vers le ciel, défiant le soleil, dessinant d’autres fois de leur corps de souples courbes, tourbillonnant enfin sur elles-mêmes comme emportées par une rafale de vent… »